.

 

À moto, le plus grand danger

 

c'est de penser qu'il n'y en a pas 

 

La vitesse provoque et aggrave les accidents. Elle les provoque car elle réduit les possibilités de manœuvrer à temps. Elle les aggrave puisque plus on roule vite plus le choc est violent et plus les conséquences sont dramatiques. 

Les effets sur la conduite

Les limitations de vitesse ont été fixées à partir de l’observation des limites de l’individu et des lois physiques. Au-delà de ces limites, la sécurité des usagers de la route est en danger.

Un champ visuel réduit

Plus la vitesse augmente, plus le champ visuel est réduit. À grande vitesse, il se limite à une vision centrale de la route.

Une augmentation de la fatigue et du stress

Rouler vite fatigue, obligeant le conducteur à traiter un grand nombre d’informations dans un minimum de temps et à adapter en permanence sa vision. La vitesse induit un stress qui entraîne fatigue et perte de vigilance, deux facteurs importants d’accident.

Des risques d’accident plus graves

Plus la vitesse est élevée, plus le choc est violent en cas d’accident et plus les conséquences sont graves. Tout choc frontal au-dessus de 80 km/h entraîne quasi inévitablement la mort ou des séquelles irréversibles pour tout passager, même ceinturé...

 Distances et règles de sécurité  

Les excès de vitesse constituent la 2ème cause de mortalité sur les routes et près d’1 accident mortel sur 5 est dû au non respect des limitations de vitesse. 

 

Une variation de la vitesse implique une variation significative du risque d’accidents mortels : une baisse de 1% de la vitesse moyenne fait baisser mécaniquement de 4% le taux d’accidents mortels.

Les blessures à la tête étant la cause principale de handicap et de décès parmi les motocyclistes, on comprend pourquoi le port du casque est obligatoire pour tout conducteur ou passager d’un deux-roues motorisé (art. R431-1).

 
Il faut savoir que, quel que soit le type de casque, 20 % sont éjectés en cas d’accident grave, et cela pour deux causes principales :
  1.  Une taille du casque mal adaptée à la tête de l'usager.
  2. Une jugulaire non attachée ou une attache trop lâche ce qui revient au même en cas de choc.
Pour être conforme aux normes de sécurité en vigueur, un casque neuf, homologué et soigneusement fixé est donc de rigueur !

ÊTES-VOUS BIEN PROTÉGÉ ?


 Pensez à bien vous équipez pour votre sécurité  

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site